fbpx
Menu

Coaching & Spiritualité

Sabbat

Tour d’horizon des fêtes païennes

Van Bunderen Olivier

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Introduction.

Avez-vous déjà entendu parler de Sabbat ?
Voyons voir la définition des Dictionnaires Le Robert

Sabbat

Nom masculin
1. Repos que les juifs doivent observer le samedi, jour consacré au culte divin.
2. Assemblée nocturne et bruyante de sorciers et sorcières, au Moyen Âge.

Il y a certes le shabbat, qui dans la culture juive, représente le jour de repos, un peu comme le dimanche chez les chrétiens (chrétiens qui l’appelaient également sabbat dans l’ancien temps), mais mis à part une consonance il ne partage pas grand-chose.

Il y a ensuite la seconde définition, elle a le mérite de nous concerner un peu plus, mais elle loin d’être contemporaine (probablement début du XIII siècle) et je considère qu’elle représente et informe bien peu face à la réalité. Il est à noter que les Esbats, que je décrirai dans un prochain article ne sont généralement pas mieux considérés : Esbat (racine du verbe ésbattre – ébattre) signifie coup, agitation, divertissement. Nous en reparlerons plus tard…

Les sabbats n’ont pas forcément lieu le samedi ou le dimanche. Il en existe huit en tout et quatre d’entre eux sont basés sur les équinoxes et les solstices tandis que les quatre autres ont été empruntés à d’anciennes traditions païennes et celtiques. L’on célèbre un sabbat mineur à chaque début de saison, et un sabbat majeur à chaque milieu de saison. Ce sont des moments importants faisant pleinement partie du calendrier sorcier.

Ils sont basés sur le cycle solaire (consacrée au père) tandis que les Esbats sont basés sur le cycle lunaire (consacré à la mère).

Qu’est-ce que le Sabbat ?

Si l’on devait résumer ce qu’est un sabbat, je parlerais de fête religieuse. Mais ce n’est pas que cela. Le sabbat était l’occasion de se rassembler, de partager, de célébrer ensemble. C’était l’occasion de se retrouver et d’échanger nos dernières trouvailles, recettes, grimoires ou ingrédients.

J’aimerais également attirer votre attention sur le fait que ces cérémonies sont souvent pour ne pas dire toujours très codifiée et basée sur le respect, le partage et l’union. La symbolique est liée au groupe (coven, familles …) qui se rassemble pour unir leurs énergies afin de célébrer et de se rapprocher des dieux (de la nature et de la déesse) au travers de rituels anciens et magiques.

S’unir peut être fait de manière purement spirituelle… Toute réunion ne se termine pas forcément en bacchanale. Le grand Rituel, coït bestial et d’échange physique, n’est plus forcément pratiqué au sein des coven actuels.

Pourtant, hormis le côté pervers sous-jacent et profiteur à certains ou certaines, il n’est pas inutile de rappeler que l’énergie sexuelle est sûrement l’une des plus puissantes et que la pratique du sexe au sein d’un coven amenait certes une meilleure cohésion de groupe (l’ancêtre du team building en quelque sorte), mais permettait une grande intimité entre les membres et une énergie abondante pour les pratiques ultérieures.

Bref… quels que soient vos rapports, quelles que soient vos croyances, je rappellerai juste l’adage fondateur de la Wicca : “Si nul n’est lésé, fais ce que tu veux“. Cela ne veut pas dire que vous devrez combler chacune de vos sœurs au sein du coven avec le même talent messieurs, cela veut simplement traduire que l’on fait ce qu’il nous plaît tant que cela ne nuise à personne !!!

À bon entendeur…

Les Sabbats en détail

Pourquoi commençons-nous avec le Sabbat du 21 décembre ?

Simplement, car comme expliqué, les sabbats observent le cycle solaire et que selon celui-ci le soleil renait le 21 décembre. La nouvelle année (la fin de l’année) chez les sorciers a lieu à Samhain, c’est-à-dire le 31 octobre. Une nouvelle année commence le lendemain soit le premier novembre.

S’il renait le 21 décembre, mais que la nouvelle année commence le premier novembre, qu’est-ce qu’il y a entre les deux ?

Juste après le Samhain, pour une durée d’un mois il existe une période que l’on appelle le mois des morts. Celui-ci est une période que l’on consacre aux défunts. Cette période est idéale pour communiquer avec les esprits.

Une fois le mois des défunts passé, la déesse enfante, à nouveau du dieu, de la lumière dont les pouvoirs sont régénérés. On est reparti pour un tour.

Voyons voir chacun d’entre eux, leurs symboliques, leurs particularités et leurs pratiques.

Lune, Hécate, Soleil, Lug, Pan Cernunnos et autres comparses…

Chers amis, mon but en ce texte n’est pas de déclarer la vérité absolue. Il est à savoir que selon leurs sensibilités, certains appelleront le père : Soleil, Pan, Le Roi Chêne, le Roi Houx, Cernunnos, Prométhée ou Lucifer…

Selon encore chaque pratiquant, de chaque congrégation, cela peut varier…

Nous avons tous nos ressentis et nos vérités. J’essaye simplement de démystifier, par mon vécu certaines pratiques. La vérité est personnelle, temporelle et géographique…

Il en va de même pour la mère, bien entendu, et ce Athor ou à raison…

YULE / JOL / SATURNALES : le 21 décembre (Solstice d'Hiver)

C’est le jour le plus court de l’année, comme précisé ci-dessus, c’est à ce moment-là que la déesse enfante du dieu solaire. Ce n’est pas encore le printemps, mais Ostara se rapproche un peu. La terre tente de s’y préparer doucement.

L’on allume des feux pour aider et assurer la renaissance du soleil. L’on reste jusqu’à l’aube afin de l’accueillir. Une autre tradition était la création d’un arbre de Yule que l’on décorait de bouton de rose, d’orange, de pomme, de guirlande…

Cette fête rappelle aux wiccans que la mort apporte finalement une renaissance.

Car la mort n’est pas l’inverse de la vie, mais de la naissance.

Le saviez-vous ?

Le sapin de Noël que l’on voit orner le salon de toute bonne maison chrétienne n’est autre qu’un symbole païen ! Et oui ma petite dame, Jésus n’a jamais demandé de conifère pour sa naissance, cependant le sapin a été choisi comme emblème, car malgré l’hiver, le froid, l’absence de lumière, celui-ci reste vert et tenace… Il symbolise la force de la vie. Noël signifie d’ailleurs “Naissance”, mais pas forcément celle de Jésus…

IMBOLC / CHANDELEUR / LUPERCALES : le 2 février (depuis le IV siècle)

L’imbolc est le sabbat de la lumière, du feu, du changement, de la croissance. L’on apprécie ressentir la déesse se rétablir de la naissance du dieu solaire. Pour les Wiccan l’on célèbre également le fait que la déesse redevienne vierge.

Ainsi l’imbolc peut également être considéré comme une fête à la fécondité renouvelée et à la purification. Peu à peu, les jours s’allongent, signes que le dieu solaire grandit et prend peu à peu des forces: il lui est ainsi de plus en plus facile de réchauffer et fertiliser la terre.

Ce sabbat est également le sabbat des engagements personnels, c’est l’une des époques traditionnelles d’initiation dans les covens. C’est également lors de ce sabbat qu’il est conseillé de consacrer son matériel de rituel. Le renouveau permet également de refaire vos provisions de bougies…

Lors de l’Imbolc, on célèbre la déesse celte Birgit : on l’invitait à entrer dans la maison afin de la purifier et de la protéger jusqu’à la prochaine fête d’Imbolc. Dans la Rome antique, l’on fêtait les Lupercalia en l’honneur de Faunus, dieu de la forêt et des troupeaux.

Pourquoi fait-on des crêpes à la Chandeleur ?

La crêpe vous rappelle-t-elle quelque chose ?

Quelques indices : Chaud, rond, jaune entrainent la joie des petits et des grands…

Hé ben oui, les crêpes symbolisent tout bonnement le soleil, la source de lumière. De plus, une croyance populaire nous incitait à fêter l’abondance des futures récoltes, ne dit-on pas “si point de veut de blé charbonneux, mange des crêpes à la Chandeleur “ : si on ne faisait pas de crêpes le jour de la Chandeleur, le blé serait carié pour l’année.

Certaines traditions persistantes parlent d’une pièce d’or… En plus de reprendre une symbolique solaire, elle prendra tout le sens de la prospérité qui recommence.

OSTARA : le 20 mars (Équinoxe de Printemps)

Ce sabbat représente l’équilibre entre la lumière et la nuit. C’est le premier jour du printemps, la déesse enveloppe la terre de fertilité et le Dieu gagne en maturité, il découvre son pouvoir créateur, et la fertilise. Cette fête célèbre le réveil de toutes les énergies sur Terre.

L’élément Feu est à l’honneur durant cette fête, et symbolise la lumière du printemps. La nature nait à son tour, c’est le temps des commencements, le temps d’agir.

Traditionnellement, lors d’un rituel, on plantera une graine qui symbolisera les nouveaux commencements. Les rituels de bénédiction, de purification, de protection et de fertilité auront bien entendu une place importante.

Et les oeufs de Pâques ?

Durant Ostara, l’on célèbre le renouveau de la vie, le Dieu est adolescent et la déesse est pleine de fougue et de fécondité. L’un des symboles de cette promesse de vie renouvelés est l’oeuf. C’est pour cela qu’il était coutume d’en peindre durant Ostara pour les utiliser dans certains rites sacrés avant d’être partagés et mangés.

Et pour le chocolat ?

Et bien merci à l’église…

Il faut savoir que nos amis chrétiens sortent du carême à Pâques. Ils sortent donc d’une période de privation de 40 jours. En parlant de privation, il est utile de préciser qu’au moyen âge, l’église a interdit la consommation d’oeufs durant le carême… Difficile de conserver les oeufs pendant 40 jours pour les manger après ! C’est au XVIIIe siècle que l’on a eu l’idée de vider les œufs pour les remplir de chocolat pour marquer la fin du jeûne et du carême.

BELTAINE / WALPURGIS : du 30 avril au 1er Mai

Alors l’ensemble des dogmes païens (ou presque) s’entendent sur une chose, la Beltane est le sabbat à fêter absolument. Il est en effet considéré par beaucoup comme étant la seconde plus importante fête païenne du calendrier.

Nous quittons la période sombre pour entamer le règne de la lumière. C’est à cette époque que notre dieu adolescent devient un homme… Comment ? Devinez … Et bien oui, en s’accouplant avec la déesse.

C’est dit assez platement, je vous l’accorde. Notre jeune adolescent commence à désirer la déesse, ils tombent amoureux et s’unissent. La déesse tombe ainsi enceinte. Les wiccans (mais pas qu’eux) célèbrent la fertilité et les rituels s’y rapportant.

Lors de cette fête, l’on plantera un poteau en symbole de la fertilité. On cueillera des fleurs et des rameaux qu’on y attachera en guise d’offrande. On y dansera, on y chantera, on y tournera autour des rubans très colorés, après tout c’est le jour de la passion consommée.

Une fois par an seulement… vous imaginez la passion ?

Pour les « fous de la magie arc-en-ciel » (fou = pour les fans, aucun jugement de valeur), c’est le plein moment de la magie dite rouge.

Les druides quant à eux aiment faire passer le bétail entre des feux afin qu’il soit protégé des épidémies pour l’année à venir.

Et le muguet dans tout ça ?

Selon la légende, tout commence à la Renaissance lorsqu’en 1560, Charles IX reçoit un brin de muguet lors d’un déplacement dans la Drôme. Séduit, le roi décide alors d’en offrir chaque année au printemps à chacune des dames de la cour.

Donc apparemment, pas de grand rapport… de sens.

Sauf que le joli mois de mai est le mois des fleurs. Les Romains fêtaient d’ailleurs Flora (la déesse des fleurs) durant cette période.

Le français nous aide un peu plus : le verbe mugueter se veut d’être volage, conter fleurette, flirter. Un muguet d’ailleurs était un jeune homme élégant et une Muguette, une jeune femme élégante aux doux parfums.

Après, on trouve un sens là où l’on veut bien 😉

LITHA : le 21 juin (Solstice d'Été)

Nous sommes à l’apogée des puissances divines. C’est une excellente période pour la magie solaire.

Le dieu et la Déesse étant à leur apogée, c’est un jour très fort au niveau énergétique. À partir de demain, nous repartons peu à peu vers les ténèbres, le cycle de l’obscurité reprendra peu à peu le dessus. Mais ce n’est pas pour aujourd’hui, aujourd’hui nous profitons du plus beau jour de l’année pour célébrer et remercier la nature de tout ce qu’elle a à nous offrir. Il vous est possible durant Litha de la remercier grâce à une offrande aux esprits de la nature.

Aujourd’hui le Dieu et la déesse se confondent et ne forme qu’une entité étant l’un et l’autre à la fois ombre et clarté. C’est à cette période que sont généralement célébrés les handfasting (les cérémonies d’engagements, les mariages wiccans).

Litha, c’est aussi le nom de la déesse celte de la prospérité, des moissons, de la fécondité de la nature. C’est donc le jour idéal pour transplanter et entretenir plantes et herbes magiques dans le jardin. Traditionnellement, les mages récoltent les herbes magiques en cette journée qui est aussi la plus longue de l’année.

LUGHNASADH : le 1er août

Depuis Litha les jours raccourcissent, Lughnasadh représente la première victoire de l’ombre sur la lumière. Le dieu se fait vieillissant et ses forces décroissent tandis que la déesse est mêlée de tristesse et de joie, car tandis que son époux périclite, leur enfant grandit en elle.

Dieu vieillit, mais il n’est pas encore sénile… les projets accomplis durant son règne portent leurs fruits, c’est le cas de le dire, puisque commencent les premières récoltes. Pour ce sabbat, l’on va être beaucoup dans la cuisine afin de profiter des mille et un cadeaux de la nature.

Lughnasadh est une fête de transition, de la vie vers la mort, de la lumière vers l’ombre, de l’été vers l’hiver, de beltan à Samhain. On remerciera une fois de plus la terre pour toutes ses offrandes, et nous lui souhaiterons un agréable repos afin qu’elle puisse renaître à nouveau. Souvent, on sacrifie une partie de la récolte en offrande pour signifier notre reconnaissance.

L’on y apprend ainsi le partage, le partage avec nos amis, avec nos ennemis (temps de paix), avec ceux qui ont tout, avec ceux qui n’ont rien. C’est d’ailleurs une fête liée au pain et à son symbolisme de partage et de célébration. C’est sans doute l’un des sabbats les plus légers et les plus joyeux de l’année !

C’est une période parfaite pour se remettre en question et méditer sur l’avancée de nos projets, mais également sur ce que nous avons récolté jusqu’à présent. Il est temps aussi de se débarrasser des choses inutiles (habitudes, objets, relation). Winter is comming, préparons-nous à l’accueillir.

MABON / MODRON : le 22 septembre (Équinoxe d'Automne)

Nous voici au point de rupture, dernière fois où la lumière fait jeu égal avec l’obscurité. Ce sont les dernières moissons et d’engranger avant l’hiver. Une dernière fois nous remercions la nature pour tous ses bienfaits et ses offrandes.

C’est l’heure pour elle de trouver le repos tout comme le Dieu se prépare à quitter son corps physique. Il se sacrifie ainsi afin de laisser la place à son fils. Nous sommes placés dans l’accomplissement. Il est temps de finir ce que nous avons commencé, en tirer les fruits et préparer notre demeure à l’hiver qui est à nos portes.

Il est temps de finir le tri entamé à Lughnasadh, débarrassons-nous de tout ce qui n’est pas nécessaire, purifions et préparons cette demeure dans laquelle nous allons nous abriter les prochains mois. Refaisons la décoration de celle-ci, rangeons-la et réparons ce qui doit l’être.

Nous entrerons dans les mois sombres à présent, moment propice à l’introspection, de repli sur soi-même afin de mieux nous connaitre.

Ce seront les rituels de divination sous toute forme qui seront privilégiés, cela nous permettra de nous poser les bonnes questions et de préparer en toute connaissance de cause l’hiver naissant.

SAMHAIN : 31 octobre (Halloween)

Et pourquoi les citrouilles ?

Un vieux conte irlandais raconte qu’un certain Jack, ivrogne et fourbe, passa un pacte avec le Diable pour ne jamais aller en Enfer. À sa mort, un 31 octobre, ayant mené une mauvaise vie, il ne peut accéder au Paradis, et les portes de l’Enfer lui demeurèrent également fermées à cause de la promesse faite par le Diable de ne jamais prendre son âme.

Jack fut donc condamné à errer dans les ténèbres pour l’éternité, muni d’une braise donnée par le Diable, placée dans une lanterne de fortune faite d’un navet creusé (les citrouilles sont originaires d’Amérique : il n’y en avait pas à cette époque en Irlande !).

Chaque 31 octobre, durant des siècles, la tradition celte célébra ainsi la mémoire de Jack O’Lantern en plaçant une bougie dans un navet, un rutabaga, ou une betterave.

Ce n’est qu’à partir de la moitié du XIXe siècle que la bougie fut placée dans une citrouille : les Irlandais qui émigrèrent en Amérique à cette époque y apportèrent leur légende de Jack O’Lantern, mais abandonnèrent le navet au profit de la citrouille américaine, plus large, plus facile à creuser et, pour ne rien gâcher, d’une jolie couleur orange !

Nous y sommes… Nous venons de passer une année entière ensemble. C’est le Samhain et celui-ci marque l’achèvement d’un cycle. C’est le 31 décembre des sorcières, le Nouvel An. Ce n’est pas un adieu que nous faisons à notre père, c’est un au revoir, nous le retrouverons à Yule.

C’est une époque propice au cocooning et à l’acceptation. L’acceptation sur les choses de la vie dont nous n’avons aucun contrôle : La mort.

Car la mort fait bel et bien partit de la vie. Contrairement à ce que la plupart pensent, elles ne s’opposent pas en ennemie ou opposée à la vie. Tout comme Yule représente la naissance, le Samhain représente la mort. La mort est ainsi opposée à la naissance et la vie, s’étend entre ces deux Sabbats inclus.

C’est le sabbat le plus important, celui qui arrive n°1 du classement. Durant ce sabbat les énergies sombres seront à leur paroxysme. La frontière entre le monde des vivants et celui des morts sera très faible durant les jours (le mois) à venir. C’est le premier jour du mois des morts. Le lien avec les défuns serait favorisé, cela serait la période idéale pour entrer en communication avec eux.

Nous avons récolté les céréales, les fruits, c’est le moment de la dernière moisson avant l’hiver : la moisson de la viande. N’oublions pas de remercier les animaux pour leur sacrifice, car comme le père, elle se sacrifie pour que nous puissions survivre à l’hiver.

En bref…

  • YULE : 21 décembre (solstice d’Hiver)
  • IMBOLC : 2 février (Chandeleur)
  • OSTARA : 20 mars (équinoxe de Printemps)
  • BELTANE : du 31 avril au 1er mai
  • LITHA : 21 juin (solstice d’Été)
  • LUGHNASADH : 1er août
  • MABON : 22 septembre (équinoxe d’Automne)
  • SAMHAIN : 31 octobre (Halloween)

Et maintenant ?

Tout ceci n’est qu’une petite mise en bouche de ce que vous réservent réellement les Sabbats. Le partage, les échanges, les rencontres, l’harmonie avec la nature et les forces en présence. À chaque Sabbat, j’écrirai un article plus approfondi. Celui-ci contiendra des idées de rituel, des recettes de cuisine propres au Sabbat en cours ainsi que des prières et chants.

En attendant, je vous souhaite à tous, une agréable semaine. Et quoi que vous fassiez : Faites-le bien.

Van Bunderen Olivier.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez nous !

Coordonnées :

Coaching & Spiritualité

Van Bunderen Olivier

Bd Jacques Bertrand, 42 bte 021
6000 Charleroi
Belgique

BE 0712 987 018

Mail :